Hotărârea în cauza Lawyer Partners c. Slovaciei (16.06.2009) – refuzul de înregistrare a cererilor transmise pe cale electronică încalcă dreptul de acces la un tribunal

cedo          Curtea a concluzionat în unanimitate că a fost încălcat art. 6 par. 1 din Convenţie (dreptul de acces la un tribunal) prin refuzul instanţelor interne de a înregistra pe rol acţiuni (peste 70.000) formulate pe cale electronică de societatea reclamantă. Dacă ar fi fost printate, documentele ar fi avut peste 40 de milioane de pagini.

          Legislaţia slovacă prevedea din 2002 posibilitatea înregistrării de cereri pe cale electronică, astfel că autorităţile naţionale trebuiau să asigure dotările necesare.

          În aplicarea art. 41 din Convenţie, Curtea a acordat societăţii reclamante suma de 10.000 de euro pentru daune materiale şi morale, precum şi 8.000 de euro pentru cheltuielile de judecată.

          Hotărârea este disponibilă în limba engleză şi va deveni definitivă în condiţiile art. 44 par. 2 din Convenţie.

          1.  Principaux faits

          La requérante, Lawyer Partners a.s, est une société de droit privé à responsabilité limitée dont le siège se trouve à Bratislava. Entre 2005 et 2006, elle conclut avec la Compagnie radiophonique de Slovaquie des contrats lui conférant le droit de recouvrer le montant des redevances impayées dues par les titulaires de licences de réception de services radiophoniques, et ce dans 355 917 cas.

          Cette société fut contrainte d’attaquer en justice les personnes ayant refusé de payer la créance qu’elle avait acquis le droit de recouvrer. Elle prépara des actions individuelles où elle demandait que soient émis des ordres de paiement à l’encontre des débiteurs.

          En mars et juillet 2006, elle introduisit donc des actions auprès de plusieurs tribunaux de district. Vu le nombre de procédures individuelles – plus de 70 000 –, elle créa les actions au moyen d’un logiciel informatique et les enregistra sur des DVD qu’elle adressa aux tribunaux concernés avec une lettre explicative. Les tribunaux refusèrent d’inscrire ces actions au rôle au motif qu’ils ne disposaient pas du matériel nécessaire pour recevoir et traiter des demandes créées et signées par voie électronique.

          La Cour constitutionnelle rejeta les recours formés par la société requérante concernant ces refus – cette dernière alléguait à cet égard une violation du droit d’accès à un tribunal – au motif qu’elle avait été saisie en dehors du délai légal de deux mois.

          Le ministère de la Justice indiqua d’abord en avril 2006 que les juridictions ordinaires n’étaient pas équipées du matériel nécessaire pour recevoir des demandes par voie électronique. A la suite de rencontres avec les présidents de tribunaux de district et régionaux en novembre 2006 et février 2007, le ministère conclut toutefois qu’ils disposaient de l’équipement adéquat. Des informations sur la manière de procéder pour soumettre des demandes signées par voie électronique furent publiées sur le site internet du ministère de la Justice en octobre 2008.

          Grief

          Invoquant l’article 6 § 1 de la Convention, la société requérante dénonçait une violation de son droit d’accès à un tribunal en ce que les juridictions internes avaient refusé d’inscrire au rôle les actions qu’elle avait soumises par voie électronique.

          Décision de la Cour

          Même si le droit slovaque prévoyait d’autres moyens pour l’introduction de requêtes auprès des tribunaux, tels que le télégraphe, la télécopie, par écrit ou oralement, la seule possibilité qu’avait en pratique la société requérante de soumettre les 70 000 procédures individuelles était la voie électronique. En effet, si les documents enregistrés sur les DVD avaient été imprimés, ils auraient représenté plus de 40 millions de pages.

          La Cour rappelle que les juridictions internes avaient invoqué leur manque d’équipement pour traiter les actions de la société requérante ; cependant le droit interne prévoyait la possibilité de présenter des requêtes par voie électronique depuis 2002.

          La Cour conclut donc que le refus d’examiner les actions soumises par la société requérante a restreint de manière disproportionnée le droit de l’intéressée d’introduire ses actions en justice de manière effective, en violation de l’article 6 § 1.

6 thoughts on “Hotărârea în cauza Lawyer Partners c. Slovaciei (16.06.2009) – refuzul de înregistrare a cererilor transmise pe cale electronică încalcă dreptul de acces la un tribunal

  1. as avea si eu o intrebare. daca de exemplu nu mi-am depus actele pentru retrocedarea unei case nationalizate acuma se mai poat depune actele? sii voi primi casa in natura sau voi fi despagubit?
    cu stima !

  2. in toate discutiile sa facut referire la legea salarizarii din germania. aici sa gasesc referinte http://oeffentlicher-dienst.info/ sau http://de.wikipedia.org/wiki/Besoldung
    As dori sa precizes ca 1- alesi nu au cum sa fie incadrati intro o lege cu bugetari, indemnizatia lor (ca nu e vorba de salariu) tine de legile de functionare al institutilor respective. O lege care ar prevedea aceasi conditie intre bugetari si demnitari ar incalca nu stiu cate normele europeane si ar castiga usor orce proces la instantele Ue. 2- germania e stat federal-in legea se prevede un diferentier intre regiunile in functie de costul vietii. 3- legea prevede categoria A care merge de A2 pina A16, categoria B1 pina B11, Categoria R(judecatori) R1-R10 Categoria W (profesori) de la W1 la W3.
    sa dam ctv exemple legea prevede perioda de formare de minim 6 luni la 3 ani, perioda de proba inainte de a semna contract de angajare trece de la 1 an la 3 ani. Judecatori au drept la paza si multe alte. sa face distinctia intre functile la care pot sa acesezi fara studi superiore dar daca faci universitate poate sa cresti(ex politist poate se inceapa de la ultima treapta pina la sef de politia atunci intra in categoria A) bugetari care trebuie sa fie licentiati pentru postul respictiv (functionari din ministere categoria B sau profesori W). Adica o chestie seriosa, fata de prostia care se discute aic.

  3. @Judecator Ionut Militaru: cunoasteti cumva in jurisprudenta CEDO vreun dosar in care s-a reclamat recalcularea unor pensii de serviciu si punerea in plata a acestora la valori mai mici decat cele initiale? Va multumesc

  4. Nu va pot indica acum o cauza exact in sensul cautat de dvs., probabil in sustinerea teoriei drepturilor castigate.
    Intr-o hotarare recenta, CEDO a analizat un caz in care pensia fusese redusa (indeosebi in sensul ca era „mult prea mica”), dar din punct de vedere al articolului 3 din Conventie, al tratamentului inuman sau degradant. A pronuntat totusi inadmisibilitatea cererii. Gasiti decizia aici
    O hotarare prin care s-a constatat incalcarea Conventiei in legatura cu dreptul la pensie in cauza Moskal c. Poloniei aici

  5. Pingback: Justitia romana este obligata urmare a unei decizii CEDO sa primeasca cererile de chemare in judecata pe cale electronica | Urban Iulian

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile despre tine sau dă clic pe un icon pentru autentificare:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s